Retour à la nature - La faune canadienne et l’évolution des mentalités
Le saumon du Pacifique est présent naturellement dans le nord de l'océan Pacifique, la mer de Béring, le sud de l'océan Arctique et les eaux douces environnantes.

Le saviez-vous ?

De nombreux saumons sont anadromes – ils vivent en eau salée dans l’océan, mais retournent en eau douce pour frayer.

Nom scientifique : Oncorhynchus (cinq espèces en Amérique du Nord)
Poids moyen : 1 à 18 kg
Longueur moyenne : 50 à 90 cm
Longévité moyenne : 2 à 5 ans
Deux saumons du Pacifique nagent dans un cours d'eau de la Colombie-Britannique

Sujet

Biologie

Le genre Oncorhynchus compte sept espèces de saumon, dont cinq qui se trouvent au Canada (les deux autres sont en Asie). La taille et le poids des espèces canadiennes varient considérablement. En général, le saumon rose et le saumon rouge ou sockeye sont plus petits (poids de 1 à 3 kg), le saumon quinnat est plus gros (6 à 18 kg), et le saumon kéta ainsi que le saumon coho sont de taille intermédiaire (4 à 7 kg). La truite arc-en-ciel et la truite fardée appartiennent également au même genre, mais elles ne sont généralement pas anadromes.

Le saumon du Pacifique a des mâchoires dentées, mais le nom du genre Oncorhynchus fait plutôt allusion au museau à bout recourbé en forme de crochet – appelé « rostre » – que développent la plupart des mâles reproducteurs avant le frai. Les femelles conservent une tête de forme conique toute leur vie. En général, le saumon du Pacifique possède une courte nageoire dorsale (à la partie supérieure du corps) qui est suivie, près de la queue, d’une nageoire charnue (adipeuse). La robe des saumons adultes vivant dans l’océan présente une coloration typique bleu foncé-noir ou bleu-vert sur le dos, avec des taches noires chez certains. Les flancs et la face ventrale sont argentés. On peut voir également sur la face ventrale, directement au-dessous de la nageoire adipeuse, une large nageoire anale, supportée par des rayons.

La couleur de la chair du saumon varie selon l’espèce entre blanc (quinnat), rose et rouge; elle est plus vive chez les saumons rouge et coho.

Habitat et comportement

Le saumon utilise en alternance deux types d’habitats : un habitat d’eau douce (un cours d’eau ou un lac) où il naît et où il revient pour se reproduire, et un habitat marin (l’océan) où il passe le reste de sa vie.

Le cycle biologique des cinq espèces de saumon du Pacifique varie quelque peu, mais comporte plusieurs points communs. Au cours du printemps, de l’été et de l’automne, les espèces canadiennes migrent vers les rivières, les ruisseaux et les lacs, et toutes fraient à la fin de l’été ou à l’automne, quel que soit le moment de leur arrivée, ordinairement lorsque la température de l’eau passe au-dessous de 16 ˚C. Après une parade nuptiale, les œufs sont pondus (de 2 500 à 7 500 selon l’espèce), fécondés et enfouis.

Le site d’enfouissement des œufs, appelé « frayère » ou « gravière », ressemble à un cratère. Il est situé dans un lit de graviers dont la taille est fonction de celle de la femelle. Chaque femelle creuse une frayère. Dans chaque frayère, quatre ou cinq nids comptant chacun de 500 à 1 200 œufs sont souvent établis. Les œufs éclosent vers le milieu de l’hiver. Il en sort une larve, appelée « alevin vésiculé », qui ne s’alimente pas et qui ne voit jamais ses parents, car les adultes meurent après avoir frayé. Au printemps, l’alevin dont la vésicule s’est résorbée sort de la gravière et migre directement vers la mer (saumons rose et kéta) ou il se dirige vers un habitat d’eau douce à proximité (tous les autres saumons), où il peut demeurer jusqu’à deux ans. Les saumoneaux des cinq espèces finissent par gagner l’océan.

Le saumon du Pacifique présente plusieurs caractéristiques impressionnantes, l’une d’entre elles étant ses grandes distances de migration qui atteignent parfois des milliers de kilomètres. Le saumon kéta effectue les plus grandes migrations; les saumons rose et coho, les plus courtes. Un autre talent impressionnant du saumon (exception faite des saumons kéta et rose) est sa capacité de sauter une hauteur de deux mètres lorsqu’il remonte des rapides pour revenir frayer.

Les saumons juvéniles en eau douce se nourrissent généralement de zooplancton ainsi que d’insectes (larves ou adultes). Dans l’océan, les saumons consomment diverses espèces de zooplancton, des petits poissons (hareng, lançon), des calmars, des amphipodes (minuscules crustacés ressemblant à la crevette) et du krill. En général, le saumon du Pacifique est très opportuniste quant à son alimentation.

Aire de répartition

Le saumon du Pacifique est présent de façon naturelle dans la partie nord de l’océan Pacifique, la mer de Béring, le détroit de Béring, la partie sud de l’océan Arctique et les eaux douces environnantes. En Colombie-Britannique, on le trouve dans près de 1 500 cours d’eau, notamment dans les rivières Skeena et Nass et dans le fleuve Fraser. On l’a observé aussi loin au nord que dans le fleuve Mackenzie dans les Territoires du Nord-Ouest. Par ailleurs, il est aussi élevé couramment par l’homme dans des exploitations aquacoles et il a été exporté dans le monde entier; on le trouve maintenant aussi loin qu’en Nouvelle-Zélande.