Retour à la nature - La faune canadienne et l’évolution des mentalités
La moule zébrée n'est pas une espèce indigène au Canada, mais elle abonde maintenant dans les Grands Lacs et au-delà.

Le saviez-vous ?

En un an, une moule zébrée femelle peut produire de 30 000 œufs à un million d’œufs.

Nom scientifique : Dreissena polymorpha
Longueur moyenne : 2 cm à 4 cm
Longévité moyenne : 2 à 4 years
Femme qui tient un bâton sur lequel sont fixées de nombreuses moules zébrées.

Évolution de la perspective

Depuis l’Europe, la moule zébrée s’est frayée un chemin en moins de temps qu’il en faut pour dire « bivalve ». Elle a opéré une invasion massive des lacs et des voies d’eau au Canada.

Des reportages publiés dans le magazine ont signalé l’avènement de la moule zébrée dans les eaux canadiennes au cours des années 1980. Une dizaine d’années plus tard, ce mollusque pouvait être observé en concentrations atteignant 350 000 individus au mètre carré (en Europe, la densité moyenne est d’environ 5 000 au mètre carré). Le théâtre de cette conquête est le réseau des Grands Lacs, y compris le Saint-Laurent, et des lacs moins étendus, tel le lac Muskoka.

Toutefois, la présence de l’intruse et son acceptation appréhensive révèlent une évolution de la façon de voir les espèces exotiques envahissantes. Au Canada, on a choisi de faire une certaine sélection des batailles à mener et d’apprendre à vivre avec cette espèce.

Des scientifiques ont bien proposé des méthodes pour détruire les moules, au moyen de rayons ultraviolets, de produits chimiques et d’agents pathogènes par exemple, mais ces méthodes ne sont pas jugées écologiques ou entièrement efficaces. Elle est loin l’époque où l’on réglait tous les problèmes par le DDT; une réflexion axée sur le long terme s’impose. Ainsi, on pourrait adopter des mesures préventives, par exemple demander aux responsables des navires océaniques qui se dirigent vers les eaux canadiennes de remplacer l’eau douce par de l’eau salée dans les soutes en pleine mer afin de réduire le risque d’introduire des « passagers clandestins » provenant de l’étranger. Même si cette méthode n’est efficace que les deux tiers du temps, elle témoigne d’une évolution des façons de voir, un changement pour le mieux.