Retour à la nature - La faune canadienne et l’évolution des mentalités
Le mouflon d'Amérique vit dans les Rocheuses canadiennes, l'intérieur de la Colombie-Britannique et aux États-Unis

Le saviez-vous ?

Le mouflon d’Amérique peut perdre 20 à 25 % de son poids durant l’hiver, mais il les reprend au printemps.

Nom scientifique : Ovis canadensis
Poids moyen : 110 kg à 130 kg (mâle)
53 kg à 91 kg (femelle)
Longévité moyenne : 8 à 12 ans (mâle)
10 à 15 ans (femelle)
Mouflon d'Amérique sur fond de ciel bleu, en Alberta.

Sujet

Biologie

Le mouflon d’Amérique se distingue surtout par ses grandes cornes. C’est le mâle, ou bélier, qui arbore les plus grandes, spiralées vers l’arrière, tandis que celles de la femelle sont plus petites et pointues. Ces cornes sont très prisées des chasseurs.

Un des atouts du mouflon sont ses sabots, dont les bords extérieurs sont durs et dont le centre (la sole), concave, est mou. Ceux‑ci lui permettent de s’agripper aux pentes rocheuses abruptes, de se tenir sur des corniches ayant seulement quelques centimètres de largeur et de faire des bonds allant jusqu’à cinq mètres d’une corniche à l’autre.

Le mouflon d’Amérique est beaucoup plus gros et plus musclé que son parent, le mouton domestique. Il porte un court pelage brun, une tache blanche autour des yeux et du blanc sur l’arrière de ses pattes et sur la croupe. Comme il n’est pas domestiqué, il ne donne pas de laine.

Habitat et comportement

Le mouflon d’Amérique vit dans les régions montagneuses dégagées, où il broute. Grâce à ses talents de grimpeur, il peut fuir ses prédateurs, tels le loup, l’ours et le couguar, qui ont du mal à l’atteindre en terrain accidenté. De plus, sa vue extrêmement perçante et sa position en haute altitude lui permettent de détecter les mouvements à des centaines de mètres de distance.

Les montagnes sont le théâtre de violents affrontements entre béliers, dont les cornes établissent la hiérarchie selon leur taille dans la lutte pour la prédominance ou la conquête des femelles. Les béliers se cabrent avant de charger l’un l’autre à des vitesses pouvant atteindre 32 kilomètres/heure. Les combats peuvent durer des heures et le choc de leurs têtes peut souvent s’entendre à deux kilomètres à la ronde. Habituellement, la dure couche osseuse du sommet de leur crâne protège les protagonistes, mais il peut arriver qu’un affrontement soit mortel.

Malgré ces assauts épiques, le mouflon d’Amérique est très sociable; il peut former des troupeaux de 10 à 100 individus. Mâles et femelles ne cohabitent que durant l’époque de la reproduction, à l’automne. La femelle donne naissance à un agneau, qu’elle garde sur une haute corniche pour le protéger. Néanmoins, de temps à autre, un aigle royal ou un autre prédateur peut profiter d’un moment propice pour attraper un petit.

Aire de répartition

Au Canada, le mouflon d’Amérique est confiné aux Rocheuses, dans une zone chevauchant la frontière qui sépare l’Alberta et la Colombie‑Britannique, et à des chaines de montagnes dans l’intérieur de cette dernière province. On le trouve également aux États‑Unis et dans le nord du Mexique.

L’aire de l’espèce n’est pas la même en été qu’en hiver. Pendant ses migrations saisonnières, le mouflon d’Amérique se déplace parfois seulement de quelques centaines de mètres vers le haut ou le bas sur les flancs des montagnes ou il peut gagner un autre chaînon montagneux éloigné de 10 à 12 kilomètres.