Retour à la nature - La faune canadienne et l’évolution des mentalités
L'aire de répartition du dendroctone du pin s'étend du centre de la Colombie-Britannique au sud du Mexique.

Le saviez-vous ?

Le dendroctone adulte du pin a la taille d’un grain de riz.

Nom scientifique : Dendroctonus ponderosae
Longueur moyenne : 4 mm à 7,5 mm (adulte)
Longévité moyenne : 1 an
Dendroctone du pin qui s'installe sur un morceau de bois.

Sujet

Biologie

Le dendroctone du pin est un petit insecte cylindrique de couleur foncée dont le cycle de vie dure généralement 12 mois, parfois plus longtemps à plus haute altitude. Coléoptère, il possède deux paires d’ailes, dont la paire extérieure est rugueuse et la paire intérieure plus membraneuse, de même qu’une paire d’antennes sur la tête. Lui aussi subit une métamorphose complète, depuis le stade d’œuf jusqu’à celui de larve, de nymphe et d’adulte.

Durant l’été, la femelle envahit un nouvel arbre et en creuse l’écorce pour parvenir jusqu’au phloème, appareil sous l’écorce qui nourrit l’arbre en conduisant la sève provenant de la photosynthèse. De là, elle dégage des phérormones, messages chimiques qui attirent les mâles. Après l’arrivée de ces derniers et leur accouplement avec elle, elle continue de creuser le phloème, creusant des galeries verticales qui sont essentiellement des tunnels. Le mâle meurt peu après l’accouplement et est enterré dans une galerie, enfoui sous la poussière causée par le forage d’autres coléoptères.

Une femelle dendroctone du pin pond en moyenne 60 œufs dans les galeries. Les œufs éclosent en l’espace de 7 à 10 jours pour devenir des larves en forme d’asticot à tête brune. Ces larves percent des tunnels semblables à ceux qui ont été creusés par leur mère, si ce n’est qu’ils sont horizontaux. Pour assurer un approvisionnement alimentaire soutenu, la femelle injecte dans l’arbre un champignon bleuissant qu’elle transporte dans sa gueule. Cela vient à bout des moyens de défense de l’arbre, ce qui permet aux larves de se nourrir jusqu’à l’hiver. À ce stade, les larves produisent un agent antigel qui leur permet de survivre, tandis que la mère meurt.

Les larves finissent par creuser des chambres ovales, où elles se transforment en nymphes au printemps. De la mi-juillet à la mi-août, les nouveaux adultes percent des trous dans l’écorce en vue de quitter l’arbre et d’en sortir, afin de recommencer tout le cycle dans un nouvel arbre.

Habitat et comportement

Le dendroctone du pin passe le plus clair de son temps sous l’écorce des pins, principalement le pin tordu latifolié. Il peut néanmoins vivre dans pratiquement toutes les espèces de pin, dont le pin ponderosa et le pin argenté. Le coléoptère préfère les arbres mûrs, ce qui est précisément la classification du pin tordu latifolié au bout de 80 ans. Depuis 100 ans, les progrès des méthodes et des matériels de lutte contre les incendies ont entraîné une multiplication par trois du nombre de pins tordus latifoliés mûrs en Colombie-Britannique. Cette augmentation des populations d’arbres plus mûrs a considérablement accru les habitats qu’affectionne ce petit coléoptère.

Pour leur part, les arbres ont des moyens de défense contre les insectes. Malgré tout, ne serait-ce que par leur nombre, leur champignon bleuissant et le creusement agressif de tunnels coupant la circulation des arbres, ces insectes viennent souvent à bout de ces moyens.

Les arbres attaqués ne sont même pas manifestes, jusqu’à ce que de nouveaux adultes se lancent à l’assaut d’arbres intacts. La sciure que l’on trouve à la base d’un arbre peut être révélatrice d’une attaque en cours, mais elle n’est pas toujours visible. Les arbres que l’on dit « affaiblis » voient souvent s’atténuer la couleur de leur feuillage, donnant aux chercheurs un indice précieux sur l’ampleur d’une infestation.

Affaibli ou non, le feuillage d’un arbre prend une couleur rouge éclatante dès lors que les insectes adultes le quittent. Cette couleur s’atténuera l’année suivante et, au cours des deux années qui suivent, la majeure partie du feuillage tombera. Tout ce qui reste est un squelette gris d’un arbre jadis plein de vie.

Traditionnellement, le coléoptère et l’arbre coexistaient de manière plus équilibrée. Les insectes infestaient les arbres vieillissants, laissant intacte et saine la majeure partie d’un peuplement forestier. À leur tour, les arbres procuraient aux insectes à la fois une source de nourriture et un site de reproduction. Les hivers plus rudes permettaient également de contrôler les populations de coléoptères, étant donné que les larves ne peuvent pas survivre à des températures inférieures à -35 ºC. Cependant, depuis que les hivers plus doux sont devenus plus fréquents et que les populations d’arbres ont augmenté, il en est allé de même des populations de dendroctones du pin. Devant cette explosion des populations de coléoptères, les arbres sont tués dans des proportions sans précédent.

Aire de répartition

On trouve le dendroctone du pin du centre de la Colombie-Britannique jusqu’au Mexique, où il existe des forêts tempérées de pin. Vivant généralement dans le sud-ouest de l’Alberta, en 2002, on a aperçu des sujets au nord de Banff.