Retour à la nature - La faune canadienne et l’évolution des mentalités
De petits groupes de bisons sont présents au Canada et aux États-Unis

Le saviez-vous ?

Le bison possède un odorat très développé, d’une portée pouvant atteindre trois kilomètres.

Nom scientifique : Bison bison bison
Bison bison athabascae
Poids moyen : 410 kg à 1 000 kg (la femelle est plus petite que le mâle)
Hauteur moyenne : 2 m (la femelle est plus petite que le mâle)
Longueur moyenne : 3 m (la femelle est plus petite que le mâle)
Longévité moyenne : 20 à 40 ans (le bison des bois vit plus longtemps que le bison des prairies)
Bison qui traverse un champ aride de l'Alberta.

Sujet

Biologie

Le bison d’Amérique du Nord, aussi appelé buffalo par les anglophones, est un animal de grande taille dont la tête, les épaules et les pattes antérieures sont couvertes d’une sorte de crinière brun chocolat foncé. Il a une bosse entre les épaules et une longue queue se terminant par une touffe de poils. Pendant les grands froids de l’hiver, il est protégé par son manteau extrêmement épais, qu’il perd à l’approche du temps chaud de l’été.

La tête du bison est surmontée, juste au-dessus des yeux, de cornes noires aux extrémités recourbées, que l’animal utilise pour se défendre contre les prédateurs. La faible vision de cet animal est compensée par une ouïe et un odorat très sensibles.

Le cou est fort et de forme carrée chez le mâle et plus frêle et arrondi chez la femelle. On distingue deux sous‑espèces sur notre continent : le bison des prairies et le bison des bois. Le second est plus pâle et plus petit que le premier, et sa bosse est moins proéminente; en revanche, sa barbiche est beaucoup plus longue et son pelage, plus épais. Le bison des prairies est plus massif que le bison des bois, qui est cependant plus lourd.

Habitat et comportement

On trouve le bison dans les prairies et les forêts claires, où il se nourrit surtout d’herbe et d’autres plantes ainsi que de petits fruits à l’occasion. Ce mammifère n’a pas de mal à trouver sa pitance en hiver : il n’a qu’à agiter sa grosse tête latéralement pour atteindre l’herbe sous la neige. Il est actif surtout à la tombée du jour et la nuit.

Malgré sa grande taille, le bison peut courir, jusqu’à 55 kilomètres à l’heure. C’est aussi un excellent nageur; il nage en gardant la tête, la bosse et la queue hors de l’eau.

Les bisons, animaux grégaires, forment des groupes intergénérationnels : femelles, veaux, jeunes de l’année, juvéniles et quelques mâles. Les autres mâles vivent dans des groupes distincts. La période de la reproduction s’étend de juillet à la mi‑septembre, époque pendant laquelle on peut souvent entendre à des kilomètres à la ronde les grognements des mâles qui se défient.

Le comportement grégaire des bisons peut parfois leur causer des problèmes. Par exemple, s’ils se rassemblent en grand nombre sur la glace au printemps, la rupture de la glace sous leur poids peut entraîner une forte mortalité par noyade. Par contre, leur tendance à se déplacer contre le vent dans le blizzard les empêche d’être écrasés contre des clôtures par la neige, ce qui arrive parfois au bétail.

Pour se protéger contre les piqûres d’insectes, les bisons se couvrent de poussière ou de boue en se roulant dans des creux du sol. Quand ils se roulent ainsi en grand nombre au même endroit, ils créent d’importantes dépressions. Parfois, celles‑ci se remplissent d’eau et forment un nouvel habitat pour d’autres animaux, tels des canards et des grenouilles.

Aire de répartition

Autrefois, le bison était présent par millions dans les prairies, mais la chasse excessive pratiquée par les premiers colons européens a décimé les populations au XIXe siècle. Il n’en existe maintenant que de tout petits troupeaux. L’aire du bison des prairies couvre plusieurs parcs nationaux dans l’Ouest canadien, par exemple le parc national Elk Island, près d’Edmonton, et le parc national du Mont-Riding, au nord-ouest de Winnipeg. On trouve aussi cette sous-espèce dans des parcs nationaux et d’État chez nos voisins du sud ainsi que dans des cheptels privés, et on dénombre quelque 700 000 têtes dans des fermes d’élevage commerciales dans les deux pays. Il ne reste qu’un millier de bisons en liberté ou en semi-liberté au Canada.

Les bisons des bois ont toujours été moins nombreux, mais présents plus au nord que les bisons des prairies. Un vaste troupeau de bisons des bois vit en liberté dans la Réserve de bisons Mackenzie, près de Fort Providence (T.N.‑O.). Un autre troupeau mixte de bisons des deux sous-espèces, également en liberté, occupe un territoire chevauchant la frontière entre les Territoires du Nord-Ouest et l’Alberta, dans le parc national Wood Buffalo. Enfin, on observe aussi des bisons en Colombie-Britannique et au Yukon, et un peu plus de 10 000 individus forment des troupeaux en liberté et captifs utilisés pour la recherche.

Le bison est chassé par le grizzly, le loup gris et le couguar. Il l’est aussi par l’être humain, mais selon des règles strictes et seulement dans des zones désignées.