Retour à la nature - La faune canadienne et l’évolution des mentalités
Le béluga est présent dans l'océan Arctique et la voie maritime du Saint-Laurent.

Le saviez-vous ?

Le béluga est capable de produire de nombreux sons, ce qui lui a valu d’être surnommé le canari des mers.

Nom scientifique : Delphinapterus leucas
Poids moyen : 400 kg à 1 000 kg (mâle)
250 kg à 700 kg (femelle)
Longueur moyenne : 3 m à 5 m
Longévité moyenne : 30 à 40 ans (maximum, 70 à 80 ans)
Bélugas dans l'eau.

Sujet

Biologie

Le béluga, un odontocète, appartient à l’ordre des cétacés, dont font partie les dauphins, les marsouins et les baleines. Il est aussi étroitement apparenté au narval (la licorne de mer). Contrairement à la plupart des baleines, le béluga n’a pas de nageoire dorsale, ce qui lui permet de nager plus facilement sous les glaces de l’Arctique. En fait, le nom latin Delphinapterus signifie « dauphin dépourvu d’aileron ».

Le béluga se distingue facilement des autres cétacés par sa peau d’un blanc immaculé chez l’adulte, par son front bombé et par son museau court et large. Il possède sept vertèbres cervicales non soudées qui lui permettent de bouger la tête latéralement et de haut en bas. Il est également capable d’expressions faciales très variées.

Sous la peau, une épaisse couche de graisse (le lard) lui sert d’isolant et le protège des eaux glaciales de l’Arctique. Le lard peut représenter jusqu’à 40 pour 100 de la masse corporelle du béluga.

Habitat et comportement

Le béluga vit généralement dans des eaux peu profondes, où il trouve sa nourriture et est à l’abri des attaques des épaulards. En hiver, pour éviter de se retrouver prisonnier de la banquise, il gagne la mer libre, plus profonde. En été, c’est vers des estuaires de faible profondeur qu’il se dirige pour se nourrir et se reproduire.

Animal très sociable, le béluga migre, mue et chasse en troupeaux qui comptent des centaines, voire plusieurs milliers d‘individus. Chaque troupeau est subdivisé en petites bandes composées d’animaux du même sexe et du même âge.

Les bélugas muent au cours de l’été. Durant cette période, ils se rassemblent en grand nombre dans des eaux peu profondes aux fonds graveleux. En se frottant contre le gravier, ils se débarrassent de la couche de peau jaunâtre qui les recouvre pour laisser apparaître une peau blanche toute neuve.

Le béluga possède un répertoire sonore très varié : sifflements aigus, cliquetis, gazouillis, beuglements, faibles grondements et même grognements. Par ailleurs, il a recours à l’écholocation pour naviguer et chasser dans les eaux sombres, émettant des sons d’une fréquence que l’oreille humaine est incapable de capter.

Quand il chasse, le béluga plonge généralement à une profondeur de 20 mètres, où il peut rester de 3 à 15 minutes, mais il est capable de descendre jusqu’à 1000 mètres, et il lui arrive de demeurer sous l’eau jusqu’à 25 minutes. Il dévore essentiellement des poissons qui se déplacent en bancs, comme la morue et le flétan, ainsi que des crustacés et des vers. De petits groupes de bélugas rabattent parfois des bancs de poisson dans les eaux peu profondes pour les attraper. Le béluga peut aussi s’alimenter à même les fonds marins. Il expulse alors un jet d’eau pour déloger sa proie, puis l’aspire.

Aire de répartition

La population de bélugas du Saint-Laurent, dans l’est du Canada, marque la limite la plus méridionale de l’aire de répartition de l’espèce, et elle est géographiquement isolée des autres populations de bélugas. L’animal est également présent le long des côtes septentrionales de l’Alaska, dans l’océan Arctique, au nord du Canada et le long des rives de la baie d’Hudson.

À l’extérieur du Canada, diverses populations vivent dans le nord de la Russie, au Groenland et au Svalbard, un archipel à mi-chemin entre la Norvège et le pôle Nord.