Vous êtes ici  - 80 ans de cartographie par Canadian Geographic

L’exploration

Premières explorations
L’ARCTIQUE
AVENTURES EXOTIQUES
PERSPECTIVE AUTOCHTONE

Le Dhaulagiri Himal


Carte artistique du paysage et de la route d’une ascension de l’Himalaya

Quand l’alpiniste Chris Scott a appris qu’une expédition composée de huit Britanniques, deux sherpas et un cuisinier partait explorer l’Himalaya, il n’a pas hésité longtemps avant de s’y joindre. Le groupe a pris le départ à la mi-septembre, et l’hiver approchait à grands pas. Il a parcouru près de 130 km en 13 jours depuis Katmandou, capitale du Népal, jusqu’au pied des montagnes, avant d’entreprendre l’ascension. La carte montre le parcours de l’expédition, la distance couverte et l’altitude atteinte, mais reste muette sur les épreuves endurées : averses de fin de mousson déclenchant des avalanches et inondant les camps de base, froid sibérien gelant les bottes durant la nuit, le temps qu’il fallait pour attacher les cordes avant de traverser les précipices et les charges de près de 30 kilos que chacun devait porter sur son dos.

L’objectif était d’atteindre le Daulaghiri IV, un des sommets de la septième plus haute chaîne de montagnes du monde. Parvenus à un promontoire séparé du sommet par une dépression, Scott et ses compagnons constatèrent, stupéfaits, « que tout était fortement englacé, sillonné de crevasses et hérissé d’amas de glace. Le grondement quasi incessant des avalanches nous annonçait l’entrée dans un no man’s land ». Le groupe décide donc de rebrousser chemin, dans l’espoir de revenir à la civilisation sans pertes de vie, ce qu’aucune autre équipe ayant gravi le Daulaghiri n’avait réussi avant eux. Malheureusement, peu après, une avalanche et une chute dans un ravin firent deux victimes.

« The Dhaulagiri Himal », tiré de « Drama and death in the high Himalaya », Canadian Geographical Journal, septembre 1974