Canadian Geographic
Left navigation image
Watershed awareness

Grand Nord: Les Canadiens passent à l’action


Le Nord du Canada comprend près de 40 p. 100 de la masse terrestre totale du pays, mais est très peu peuplé. En 2010, quelque 111 500 personnes y habitaient. Plus de la moitié de la population des trois territoires est autochtone, et ses membres, composés d’Inuits, de membres de Premières Nations et de Métis, exécutent de nombreux programmes d’intendance des bassins hydrographiques dans le Nord.

Voici des organisations membres du Conseil des Premières Nations du Yukon et les responsabilités qu’elles assument :

Première Nation Gwitchin Vuntut, intendance dans le bassin de la rivière Porcupine;
Conseil des Tlingits de Teslin, intendance des cours d’eau du bassin de la rivière Teslin;
Conseil des Ta’an Kwach’an, rétablissement de l’habitat du bassin du fleuve Yukon et du ruisseau McIntyre;
Conseil des ressources renouvelables de Selkirk, intendance du bassin de la rivière Pelly et des ruisseaux Mica, Needlerock et Willow;
Première Nation des Kwanlin Dün, intendance des cours d’eau du bassin de la rivière White;
Premières Nations de Champagne et d’Aishihik, intendance des cours d’eau du bassin du cours moyen du fleuve Yukon et de la rivière Nordenskiold.

Dans le Nord peu densément peuplé, la collaboration intergouvernementale est essentielle. Le Conseil intertribal des bassins hydrographiques du fleuve Yukon, qui réunit 70 tribus et Premières Nations du Yukon et de l’Alaska, est voué à la conservation et à la protection du bassin du fleuve Yukon. Sa vision est simple : pouvoir boire l’eau directement dans le fleuve Yukon. À cette fin, le Conseil organise dans le bassin du fleuve un voyage de guérison annuel qui marie science moderne et savoir ancestral. Les participants recueillent des données scientifiques dans l’eau grâce à une technologie de pointe, tout en encourageant les jeunes de la région à comprendre et à chérir la relation de l’être humain avec le monde naturel.

L’effet incessant des changements climatiques sur l’hydrologie ainsi que la hausse des températures et les précipitations plus abondantes comptent parmi les principaux problèmes du Nord. Les cours d’eau, en particulier, peuvent être affectés par la fonte du pergélisol et une modification de leurs cycles de crue.

La protection des écosystèmes intacts s’avère également un enjeu de premier plan du point de vue de la conservation. Bien que la plus grande partie des aires de nature sauvage du Canada soient situées dans les territoires septentrionaux, l’exploitation minière et le secteur privé font peser de graves menaces sur la région.

Le bassin de la rivière Peel, qui coule au Yukon sur les terres ancestrales de la Première Nation des NaCho Nyak Dun et du Conseil des Gwich’in de Tetlit, constitue 14 p. 100 de la superficie du territoire. Cet écosystème, l’un des plus vastes qui restent en Amérique du Nord, comporte des éléments représentatifs de la nature du Canada : rivières de montagne sauvages aux eaux cristallines, populations de caribous des bois et forêt boréale. Des citoyens du Yukon et des groupes de conservation, tels que la section yukonnaise de la Société pour la nature et les parcs du Canada, se sont mobilisés afin d’obtenir que des bandes de ce milieu sauvage soient entourées de zones spéciales de conservation qui bénéficieraient de la protection accordée aux parcs territoriaux.

Synopsis

Ce document propose une galerie d’images, accessible à l’aide d’une barre de défilement, précisant comment le Yukon River Inter-Tribal Watershed Council œuvre à la conservation et à la protection du bassin du fleuve Yukon. Un commentaire vient compléter les images.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Fin de section


Allez maintenant!  Pointer disabled
Quiz :

Quel pourcentage d'eau douce renouvelable le Canada reçoit-il chaque année?

50.50%
20.50%
6.50%