Canadian Geographic
Left navigation image
Watershed awareness

Problèmes de bassins hydrographiques dans le Grand Nord


Environ 40 p. 100 de l’eau douce du Canada coule au nord du 60e parallèle. Les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut se partagent 9,2 p. 100 de l’eau douce planétaire, et 60 p. 100 de l’eau douce du pays s’écoule vers le nord en direction des régions arctique et subarctique.

En fait, ces régions recèlent la majeure partie des réserves d’eau qui restent au Canada. Prenons, par exemple, le bassin du Mackenzie, le plus long fleuve du pays. Il se déploie sur trois provinces et deux territoires et draine 20 p. 100 des lacs et des rivières du Canada dans le bassin de l’océan Arctique. Le delta du Mackenzie, un des écosystèmes les plus productifs du Nord canadien, dépend du fleuve pour alimenter ses lacs, dont le nombre dépasse 50 000.

L’Institut national de recherche sur les eaux du Canada a signalé la menace que faisaient peser les changements climatiques sur l’approvisionnement en eau. Dans l’ouest de l’Arctique canadien, par exemple, les températures moyennes annuelles ont augmenté de deux à trois degrés Celsius entre 1954 et 2003. Les écosystèmes d’eau douce de l’Arctique sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques, car ils réagissent même aux plus petites fluctuations de température. L’aire de répartition des espèces, la biodiversité et les réseaux trophiques risquent d’y subir des modifications importantes. Déjà, on constate une diminution du ruissellement maximal dans 23 des 28 bassins fluviaux des cours d’eau de l’Arctique et de l’intérieur et du nord du Yukon.

La conclusion d’accords coopératifs sur la gestion des bassins hydrographiques du Nord canadien s’impose, car le Yukon partage ses cours d’eau avec l’Alaska, la Colombie-Britannique et les Territoires du Nord-Ouest.

Les questions de droits d’utilisation de l’eau, de gouvernance de l’eau et de consultation des Premières Nations s’avèrent particulièrement essentielles lorsque des traités entre le Canada et les Premières Nations, les Inuits ou les Métis reconnaissent des titres de propriété sur des terres couvrant des dizaines de milliers de kilomètres carrés. Par exemple, les Premières Nations du Yukon possèdent un territoire plus vaste que toutes les réserves du sud du Canada réunies. Depuis 1982, la Constitution protège les droits des peuples autochtones, y compris les droits d’utilisation de l’eau, et les gouvernements sont tenus de la respecter.

L’exploitation minière et la construction de pipelines d’hydrocarbures peuvent avoir des conséquences pour les bassins hydrographiques des Territoires du Nord-Ouest. Ainsi, le pipeline de 1 196 kilomètres de long prévu dans la vallée du Mackenzie pour transporter du gaz naturel de la mer de Beaufort jusqu’à un oléoduc situé dans le nord-ouest de l’Alberta, et la technique d’exploitation des placers, employée au Yukon pour séparer l’or du gravier, ont lieu d’inquiéter.

Synopsis

Ce document comporte une carte, dynamique et interactive, complétée par un commentaire décrivant les bassins hydrographiques du Canada, à l’échelle continentale.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Milieu rural: Les Canadiens passent à l’action


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Aux termes de la Loi constitutionnelle du Canada, quelles autorités se partagent la responsabilité de l'eau?

Les propriétaires fonciers et l'administration fédérale
L'administration fédérale et les administrations provinciales ou territoriales
Les administrations municipales et provinciales