Canadian Geographic
Left navigation image
The War of 1812

Premières Nations


Vers la fin du XVIIIe siècle, face à l’expansionnisme américain, il est primordial que les Premières Nations forment une coalition. Les Américains considèrent alors que leur déclaration d’indépendance leur donne automatiquement droit à toutes les terres situées à l’est du Mississippi. Dans les batailles qui s’ensuivent, les Premières Nations défont deux fois les Américains, mais ceux-ci organisent une importante expédition et détruisent la coalition à la bataille de Fallen Timbers en 1794.

Après la mort de Joseph Brant en 1807, un nouveau leader des Premières Nations émerge : Tecumseh (« Étoile filante »), un Shawnee qui a aussi du sang creek. Tecumseh se range du côté des Britanniques, non parce qu’il a confiance en eux, mais parce qu’il les considère comme le moindre de deux maux. Il prêche que le territoire appartient à toutes les Premières Nations, pas à des groupes particuliers, qu’aucune tribu n’a le droit de céder ses terres et que, le cas échéant, il faut obtenir l’accord de tous. Tecumseh s’applique sans relâche à obtenir l’appui des Potawatomis, des Ojibwas, des Shawnees, des Ottawas et des Kikapoos, entre autres.

La Guerre de 1812 représente un point tournant pour les Premières Nations, le dernier conflit dans le nord-est de l’Amérique du Nord où elles jouent un rôle important. Après la victoire obtenue au fort Michilimackinac le 17 juillet 1812, les Premières Nations épousent massivement la cause britannique. Leur présence aux côtés de sir Isaac Brock est déterminante dans la capitulation d’une force supérieure à Detroit, le 16 août. La chute de Detroit encourage ensuite les Six-Nations à rallier à leur tour les Britanniques. Celles-ci contribuent à défaire les Américains à Queenston Heights, le l3 octobre, lorsqu’elles se manifestent à un moment propice sous la direction de John Norton.

En Ohio, Tecumseh et ses guerriers déciment une force américaine au fort Meigs le 5 mai 1813. Le contrôle du territoire amérindien s’effrite toutefois quand les Américains exterminent la nation creek. Par ailleurs, sur le lac Érié, la victoire navale américaine du 10 septembre coupe la route d’approvisionnement des Britanniques à Amherstburg et compromet le soutien des Premières Nations.

Les Iroquois jouent un rôle central dans la bataille de Beaver Dams, le 24 juin 1813. John Norton dira que les Cagnauwagas ont livré la bataille, que les Mohawks ont emporté le butin et que [le général britannique] FitzGibbon a récolté les honneurs.

Tecumseh n’est pas impressionné par Henry Procter, le nouveau général britannique qui succède à Brock. Lors du repli suivant la perte du lac Érié aux mains des Américains, Procter décide — peut-être à la demande de Tecumseh — d’engager le combat à Moraviantown, sur la rivière Thames. Les Premières Nations, qui finissent par essuyer le plus fort de l’attaque, sont finalement mises en déroute, et Tecumseh est tué. On ignore ce qu’il advient de la dépouille de ce grand chef, mais on peut difficilement surestimer l’impact de sa perte. Avec lui disparaît ce qui reste du mouvement nativiste.

Durant les négociations du Traité de Gand, les Britanniques essaient d’obtenir la création d’un territoire indien, mais les Américains s’y opposent fermement. Tout ce qu’ils sont prêts à accepter, c’est le retour aux conditions qui existaient avant la guerre. La perte est considérable pour les Premières Nations et la déception, profonde; malgré tous leurs efforts, elles ne peuvent pas récupérer le territoire perdu. Trois ans après la mort de Tecumseh, l’Indiana deviendra un État et commencera à expulser toutes les Premières Nations de leurs terres traditionnelles.

Au Canada, la Guerre de 1812 marque la fin d’une ère où les Premières Nations avaient pu conserver leur territoire en échange de leur participation à la guerre. Rapidement, avec le développement du Haut-Canada, celles ci deviendront minoritaires sur leurs propres terres. Et on oubliera presque que, sans leur aide, le Haut-Canada aurait pu passer aux mains des Américains.

Synopsis

Ce document propose une galerie de portraits, accessible à l’aide d’une barre de défilement de vignettes, de leaders amérindiens à la guerre de 1812. Une fois une vignette choisie, l’utilisateur pourra voir une image agrandie et en apprendre davantage sur chacune de ces figures dominantes.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Artillerie


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

À quelle bataille Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry et ses Voltigeurs canadiens repoussent-ils les envahisseurs américains?

Châteauguay
Cornwall
Ferme de Crysler