Canadian Geographic
Left navigation image
The War of 1812

Artillerie


Les pièces d’artillerie employées au cours des XVIIIe et XIXe siècles sont grosses et encombrantes. Elles se déplacent donc très difficilement. Une fois installées à un endroit, elles y restent ordinairement pendant toute la bataille.

Le positionnement de l’artillerie est l’une des plus importantes décisions que doit prendre un commandant. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les lieux élevés ne sont pas toujours le meilleur endroit pour placer un canon. Le projectile couramment utilisé alors est un boulet de fer. Avec ce projectile, les canons sont le plus efficaces lorsque la trajectoire est horizontale, à peu près à hauteur de poitrine. Après l’impact, le boulet rebondit plusieurs fois, puis se met à rouler. Malgré son apparence inoffensive, il peut encore causer des blessures aux pieds ou aux chevilles.

Le principe du tir d’artillerie est de créer dans un canon une forte explosion pour expulser un boulet et le projeter en direction de l’ennemi. Sous l’effet de l’explosion, l’affût du canon recule brutalement de plusieurs pieds, et il faut alors rapidement ramener le canon chaud à sa position et le recharger.

Les canons sont chargés comme s’ils étaient de gros fusils. Une enveloppe contenant la poudre est enfoncée dans l’âme, puis le boulet est introduit. L’artilleur perfore l’enveloppe à l’aide d’une tige de laiton et y introduit une mèche qui, ayant la propriété de brûler lentement, allume la charge. Un canon de six livres (le calibre du canon est déterminé par le poids du boulet) a une portée d’environ 1 000 mètres, mais il n’est vraiment efficace que sur 400 mètres. Les projectiles utilisés sont généralement des boulets en métal plein qui peuvent détruire des bâtiments ou des murs. Ces boulets peuvent également être très dévastateurs contre des troupes en formation serrée.

Pour les cibles situées à moins de 500 mètres, les soldats emploient une munition à mitraille, une sorte d’obus rempli de balles, qui explose au sein des troupes ennemies. Les mortiers ou obusiers lancent des bombes – des sphères creuses en fer qui contiennent de la poudre noire et sont munies d’une fusée. L’emploi de bombes qui explosent dans les airs, comme celles qui ont été utilisées dans la Guerre de 1812, est d’ailleurs immortalisé dans l’hymne national américain.

Les tirs d’artillerie ont entraîné des conséquences humaines terribles pendant la Guerre de 1812. Les boulets causent des blessures abominables, des pertes tragiques. À faible distance, un tir d’artillerie peut transpercer une section complète d’une unité. L’artillerie provoque également une hécatombe chez les chevaux.

Lorsqu’un canon est sur le point d’être pris par l’ennemi, il est pratique courante de le rendre inutilisable en enfonçant, à l’aide d’un marteau, une tige de fer dans sa lumière.

Synopsis

Ce document propose une description animée, étape par étape, du chargement et de la détonation d’un canon dit de « six livres », durant la guerre de 1812.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Fusils


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Quel type de bâtiment sert à toutes les batailles navales de la Guerre de 1812?

Navires à voiles armés de canons
Sous-marins
Navires de ligne armés de canons