Canadian Geographic
Left navigation image
Rivers of Canada

Rivière rouge (Plaines du Centre)


Source : lac Traverse, sur la frontière entre le Minnesota et le Dakota du Sud
Embouchure : lac Winnipeg
Direction du débit : nord
Longueur : 877 kilomètres
Origine du nom : traduction du mot cri Miscousipi signifiant « rivière à l’eau rouge »

Appelée « le Mississippi du Nord », la rivière Rouge ressemble beaucoup à son cousin du Sud. Les deux cours d’eau commencent l’un près de l’autre dans le centre nord des États-Unis. Il s’agit de rivières lentes et sinueuses aux fonds boueux, susceptibles d’inondations printanières dévastatrices, qui changent la région en de vastes « mers de prairies ».

À la fin du dernier âge glaciaire, la rivière Rouge coulait vers le sud comme le Mississippi, mais elle a changé de direction lors du recul des glaciers. Maintenant, elle coule vers le nord à travers des plaines agricoles dans le Sud du Manitoba (le lit de l’ancien lac glaciaire Agassiz), puis serpente à travers Winnipeg avant de se jeter dans le lac Winnipeg.

Vie fluviale
Un vigoureux poisson à la queue fourchue et doté de barbillons est la prise la plus appréciée dans la rivière Rouge, tout comme dans le Mississipi. La rivière Rouge héberge un poisson chat ou silure appelé barbue de rivière et dont la taille moyenne est la plus grande au monde; la ville de Selkirk (à 44 kilomètres au nord de Winnipeg), s’enorgueillit de son titre de « capitale mondiale du silure ».

image08
Cliquez ici pour voir d'autres photos

En 1880, le silure figurait sous le nom de « saumon de la rivière Rouge » au menu du Pacific Hotel de Winnipeg. Des pêcheurs à la ligne arrivaient d’aussi loin que du Sud des États-Unis et rentraient chez eux avec des chargements de silures sur glace. Aujourd’hui, les pêcheurs prennent surtout et relâchent les poissons benthiques, qui peuvent peser plus de 12 kilogrammes. Les biologistes étudient la barbue de rivière, une des 50 espèces de poissons de la rivière Rouge, pour évaluer la santé globale de la rivière.

Legs culturel
Les Premières Nations parcourent la rivière Rouge et ses affluents depuis des milliers d’années. Avec les colonies européennes, la Rouge est devenue le théâtre de luttes pour contrôler l’Ouest canadien. Le confluent de la Rouge et de l’Assiniboine, dans ce qui est maintenant le centre-ville de Winnipeg, est devenu le centre commercial entre les chasseurs autochtones et les commerçants de fourrures européens, ainsi que le centre de la colonie de la rivière Rouge, fondée en 1812.

Les Métis cultivaient des fermes en bandes étroites le long de la rivière. Des vagues subséquentes d’immigrants, surtout des mennonites, ont travaillé le sol fertile de la vallée fluviale, la transformant en une des zones agricoles les plus productives au Canada. La ville de Winnipeg s’est développée le long des rives de la Rouge, vers la fin du 19e siècle, obtenant le titre de « Petit Chicago », d’après la ville à la croissance la plus rapide du Midwest américain. Aujourd’hui, environ 750 000 personnes – une bonne partie de la population du Manitoba – habitent à Winnipeg et dans la vallée de la rivière Rouge.

État actuel
Depuis quelques années, la rivière Rouge est au centre d’un litige transfrontalier entre le Canada et les États-Unis. Il concerne le détournement de l’eau du lac Devils, dans le Dakota du Nord, vers la rivière Sheyenne, qui coule dans la Rouge. Au cours des années 90, le lac Devils s’est élevé de plus de sept mètres à cause d’une série d’étés humides, inondant des milliers d’hectares de terres agricoles environnantes et forçant des centaines de familles à déménager. Compte tenu des niveaux élevés de l’eau, l’État du Dakota du Nord a commencé à construire une voie de détournement à partir du lac, qui a été terminée en 2005.

Les gouvernements du Canada, du Manitoba, du Minnesota ainsi qu’un grand nombre de groupes environnementaux se sont opposés au projet, craignant que l’eau du lac Devils ne pollue la Rouge et que des espèces et des maladies aquatiques étrangères ne pénètrent dans son bassin. En août 2005, les gouvernements canadien et américain ont annoncé un certain nombre de mesures de précaution environnementales – y compris un système perfectionné de filtrage et de désinfection pour la voie de détournement du lac Devils et une surveillance permanente du biote dans le lac, dans la rivière Rouge ainsi que dans le lac Winnipeg – pour protéger le bassin de la rivière Rouge tout en atténuant les craintes d’inondation du Dakota du Nord.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Saint-Laurent


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Quel est le plus long cours d’eau du Canada ?

Le Saint-Laurent
Le Mackenzie
Le Fraser