Canadian Geographic
Left navigation image
Rivers of Canada

Fleuve Mackenzie (Arctique et taïga)


Source : Grand Lac des Esclaves (T. N.-O.)
Embouchure : océan Arctique
Direction du débit : nord
Longueur : 1 738 kilomètres (4 241 kilomètres jusqu’à l’extrémité supérieure de la rivière Finlay)
Origine du nom : d’après l’explorateur écossais Sir Alexander Mackenzie
Nom déné : Deh Cho, signifiant « grande rivière »

Le fleuve Mackenzie suscite une abondance de superlatifs : c’est le plus long fleuve au Canada et il possède le plus gros bassin hydrographique, lequel couvre près d’un cinquième du pays. Il possède le plus gros delta et la deuxième plus grande superficie de marais au pays. Le territoire qu’il parcourt, à la population éparse, constitue une des dernières vastes régions vierges du monde.

Dans son voyage vers le nord, le fleuve Mackenzie part des marais peu profonds et des bancs boueux du Grand Lac des Esclaves, coule à travers des plaines onduleuses parallèlement aux montagnes Mackenzie. Son trajet s’élargit, puis se rétrécit entre d’impressionnantes falaises calcaires. Il se termine dans un large delta en éventail de canaux et d’îles, où il se jette dans la mer de Beaufort.

Vie fluviale
Symbole du Nord canadien qui orne notre pièce de 25 cents, le caribou fait partie des grands mammifères qui parcourent la vallée du fleuve Mackenzie. Des troupeaux de caribous de la toundra et de la forêt boréale se déplacent constamment, sur la toundra et dans les forêts nordiques de conifères. Ils se nourrissent principalement de lichen. Ils sont les seuls mammifères capables de le faire grâce aux capacités digestives des bactéries et des protozoaires spécialisés qui se trouvent dans leurs estomacs.

image1
Cliquez ici pour voir d'autres photos

Le caribou demeure une importante source alimentaire pour les Autochtones de l’Arctique. Depuis quelques années cependant, leur nombre a diminué à cause de la destruction de l’habitat, de la chasse et des prédateurs (loups, coyotes et ours). Le caribou des forêts boréales est considéré comme une espèce en péril. Les biologistes prédisent que les troupeaux de caribous seront davantage menacés si l’on construit comme prévu un pipeline de gaz naturel sur la plus grande partie de la longueur du fleuve Mackenzie.

Legs culturel
Le fleuve Mackenzie est depuis longtemps d’une importance vitale pour plusieurs cultures distinctes, y compris les Dénés, les Inuits, les Inuvialuits, les Gwich’ins et les Métis. Alexander Mackenzie, commerçant de fourrures auprès de la Compagnie du Nord-Ouest, fut le premier Européen à parcourir le fleuve à partir du Grand Lac des Esclaves jusqu’à l’océan Arctique en 1789. Il se lança avec des guides dénés à la recherche d’un passage vers l’océan Pacifique, mais aboutit à la mer de Beaufort gelée après un parcours de 40 jours à l’aviron.

Au début des années 1950, le gouvernement fédéral a réuni les familles nomades et inuites dans des collectivités situées sur des îles de l’Arctique pour contribuer à affirmer la souveraineté canadienne sur l’Arctique. Éloignés des grands troupeaux de caribous depuis toujours essentiels à leur subsistance, les Inuits sont devenus dépendants du gouvernement pour leurs besoins de base. La nourriture, le carburant, les matériaux de construction et les véhicules étaient envoyés par de grandes barges sur le fleuve Mackenzie à partir de la rivière Hay, sur le Grand Lac des Esclaves jusqu’à Tuktoyaktuk, puis vers les collectivités de l’Extrême-Arctique. Dans le cadre d’un règlement de revendications territoriales conclu au cours des années 1980, les Inuvialuits de l’ouest des Territoires du Nord-Ouest et les Inuits du Nunavut ont obtenu la propriété de la Société des transports du Nord, qui exploite des remorqueurs et des barges sur le fleuve Mackenzie et le long de la côte arctique.

État actuel
Peu d’aires naturelles au monde sont encore considérées comme pures; la vallée du fleuve Mackenzie en est une. Elle accueille des écosystèmes très diversifiés, des forêts à la toundra et aux marais. Il s’agit d’un important corridor migratoire pour les oiseaux aquatiques, et il soutient une faune très diversifiée. Il transporte plus de la moitié de l’eau douce coulant en direction du nord vers l’océan Arctique du Canada, et par conséquent, influe largement sur le climat mondial et les systèmes de circulation océanique.

image11
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Il y a quelques exploitations minières dans le bassin du fleuve Mackenzie, surtout pour l’extraction de pétrole à Norman Wells, mais la plus grande menace pour le fleuve et son bassin hydrographique est le projet proposé par Mackenzie Gas, qui transporterait le gaz naturel à partir de la mer de Beaufort, à travers toute la vallée du Mackenzie, vers le Nord de l’Alberta. Les agents de protection de la nature affirment que le pipeline de 1 220 kilomètres pourrait fragmenter un habitat crucial de la faune et des corridors migratoires, et influer sur le mode de vie des Autochtones. Le projet ouvrirait une région largement non développée à une exploitation accrue des ressources ainsi qu’à la construction d’infrastructures comme des routes et des barrages hydroélectriques. On prévoit que le gouvernement canadien prendra une décision finale sur le projet en 2007.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Rouge


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

La rivière Rouge est aussi connue comme étant…

le Mississippi du Nord.
la plus longue rivière de la Saskatchewan.
la plus petite rivière du Canada.