Canadian Geographic
Left navigation image
Rivers of Canada

Le fleuve Saguenay (bouclier boréal)


Source : lac Saint-Jean (Québec)
Embouchure : fleuve Saint-Laurent à Tadoussac (Québec)
Direction du débit : est
Longueur : 165 kilomètres du lac Saint-Jean à Tadoussac (698 kilomètres jusqu’à l’extrémité supérieure de la rivière Péribonka)
Origine du nom : probablement de l’algonquin ou du montagnais, saki, signifiant « lieu d’où s’écoule l’eau »

Le Saguenay est un fleuve majestueux qui naît dans les hautes-terres Laurentiennes, puis s’écoule dans un couloir de deux kilomètres de largeur à travers le bouclier précambrien. Parfois, les falaises s’élèvent à 500 mètres au-dessus du fleuve. Le bas Saguenay est un fjord de 250 mètres de profondeur (le plus au sud du Canada) sculpté par des glaciers au cours du dernier âge glaciaire, il y a environ 10 000 ans. Les marées se manifestent en amont jusqu’à Chicoutimi. Le Saguenay termine son cours dans l’estuaire du Saint-Laurent.

Vie fluviale
Les eaux profondes et froides du fjord du Saguenay et d’une partie de l’estuaire du Saint-Laurent sont riches d’une vie marine inhabituelle et protégées à titre de parc national sous-marin, le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Des populations isolées de poissons comme le flétan du Groenland et la morue polaire, qui se trouvent normalement seulement dans les eaux arctiques, ont vraisemblablement survécu dans les profondeurs glaciales du Saguenay lorsque la fin du dernier âge glaciaire a réchauffé les eaux environnantes il y a 10 000 ans.

Quatre espèces de baleines se trouvent à l’embouchure du Saguenay : le rorqual bleu (le plus gros animal de la planète), le rorqual commun, le petit rorqual et le béluga. Contrairement à d’autres espèces de baleines qui migrent vers d’autres océans, le béluga reste toute l’année dans les eaux du fjord du Saguenay et de l’estuaire du Saint-Laurent. Par conséquent, il n’échappe pas à la soupe de produits chimiques concentrés dans le plancton, le krill et les poissons qui forment son alimentation. Il y a un siècle, on comptait environ 5 000 bélugas dans les bassins hydrographiques du Saint-Laurent et du Saguenay. Aujourd’hui, il n’y en n’a qu’environ 500. Depuis quelques années, d’importants efforts de conservation ont été entrepris pour sauver le béluga du Saint-Laurent, considéré comme une espèce menacée.

Legs culturel
Le fleuve Saguenay a déjà été la porte d’entrée d’un réseau de traite autochtone qui s’étendait jusqu’à la baie James. Durant au moins 5 500 ans, les Autochtones se sont réunis au confluent du Saguenay et du Saint-Laurent pour pêcher des poissons et chasser des mammifères marins. L’explorateur français Jacques Cartier a passé en revue l’embouchure du Saguenay en 1535, où il a interprété des descriptions du bassin données par des Autochtones pour conclure que les habitants de celui-ci étaient un peuple riche et puissant. Il l’appela « Royaume du Saguenay », un nom encore utilisé de nos jours. Le premier poste de traite au Canada a été établi à Tadoussac en 1600.

L’abondance d’énergie hydroélectrique et de ressources forestières du Saguenay n’a été entièrement exploitée qu’au 20e siècle. Des alumineries et des usines de pâte et de papier ont apporté la prospérité à la vallée, la transformant en l’un des principaux centres industriels du Québec. C’est la région la plus francophone de la province et un bastion politique pour le mouvement indépendantiste québécois.

État actuel
Même si les usines de papier et les alumineries ont assuré l’autonomie économique de la région du Saguenay, le fleuve a payé le prix du développement industriel. Ses eaux étaient polluées par les deux industries, surtout entre les années 1930 et 1970. Une bonne partie de la population se concentrait à l’embouchure de la rivière, où les sédiments sont contaminés par des hydrocarbures aromatiques polycycliques et des métaux lourds comme le mercure. En vertu du Plan d’action Saint-Laurent, on a lancé des programmes au cours des années 90 pour retenir les effluents industriels dans le fleuve Saguenay.

Des scientifiques ont découvert que la désastreuse inondation de 1996 avait eu un impact positif sur les eaux du Saguenay et de certains de ses affluents. Les eaux d’inondation ont transporté plus de six millions de tonnes de sédiments relativement propres en aval, enterrant les polluants chimiques au fond de la baie des Ha! Ha! et de certaines parties du fjord du Saguenay sous une épaisseur atteignant parfois 50 centimètres. Les chercheurs continuent à surveiller le lit de la baie et du fjord pour s’assurer que les polluants demeurent emprisonnés en permanence sous la nouvelle couche de sédiments.

Synopsis

La genèse du fjord du Saguenay L’animation, qu’on peut voir en cliquant sur la flèche pointant vers la droite au haut de l’image, montre une coupe de la croûte terrestre le long du fjord du Saguenay. À mesure que l’animation progresse, les contraintes et les mouvements tectoniques sont représentés par des indications écrites, différentes couleurs et des flèches. Les différentes couches de la croûte terrestre montent et s’affaissent.


Contenu (Récit)

La jeunesse du fjord du Saguenay s’étale sur des centaines de millions d’années, durant la formation géologique du Bouclier canadien. Des vagues de glaciation successives et des marées ont produit d’intéressants phénomènes de stratification des eaux, de sédimentation, de salinité et de température, en plus de profondeur des eaux extrêmement contrastées.

Cliquez ici pour voir comment le fjord s’est formé.

À l’ère précambrienne, toute la région du Saguenay était occupée par une gigantesque chaîne de montagnes que l’on appelle les monts Grenville. Formées sous l’effet d’une énorme pression et d’une température élevée, des masses rocheuses d’une épaisseur de 20 à 25 kilomètres recouvraient les roches plutoniques et métamorphiques de la région. On croit que c’est là l’origine de la chaîne de montagnes des Laurentides.

Jusqu’à la fin de l’ère précambrienne, il y a 544 millions d’années, la seule masse terrestre émergée sur la planète formait un supercontinent unique. Quand ce supercontinent s’est fracturé, le Bouclier canadien s’est trouvé entouré d’océans. Dans la région du Saguenay, l’écorce terrestre a subi de formidables contraintes tectoniques. Les processus géologiques ont provoqué une remontée d’anorthosite (ou de granit noir) vers la surface, qui s’est par la suite érodée.

Vers la fin de l’ère cambrienne, l’océan Ordovicien, situé au sud-est du Bouclier canadien, a commencé à se refermer. Cette contraction a provoqué l’enfoncement du Bouclier, qui a ensuite été recouvert par une mer chaude peu profonde dans laquelle une couche calcaire s’est formée. Quelque 250 millions d’années plus tard, les divers fragments de continent se sont de nouveau réunis pour former un autre supercontinent, appelé la Pangée.

Il y a approximativement 200 millions d’années, le démembrement de la Pangée a causé la formation de l’océan Atlantique et la fragmentation de la région en masses terrestres bougeant les unes contre les autres selon divers plans de faille. Entre une faille « nord » et une faille « sud », un socle rocheux s’est effondré, créant ainsi le graben du Saguenay, un long bassin à fond plat de 250 km de longueur et 50 km de largeur.

L’ouverture de l’océan Atlantique a conduit à l’isolement de l’Amérique du Nord et à son déplacement vers le pôle Nord. Durant cette période, la région a subi une forte érosion et la couche calcaire est presque disparue. Cependant, dans le graben du Saguenay, les dépôts de calcaire ont été protégés par des effondrements le long des lignes de faille.

À l’époque quaternaire, il y a entre 80 000 et 12 000 ans, le climat et le niveau de la mer ont fluctué. La région a été entièrement recouverte d’une couche de glace de deux à trois kilomètres d’épaisseur qui se déplaçait sur le socle rocheux. Le glacier a arrondi le sommet des montagnes et a profondément sculpté le graben du Saguenay, l’élargissant à certains endroits et le creusant considérablement à d’autres.

Le poids du glacier de la période quaternaire était si important qu’il a provoqué l’enfoncement graduel de la région. Lors de la fonte des glaciers, il y a environ 10 000 ans, le graben a été envahi par la mer; cela a créé la mer de Laflamme, qui a laissé des dépôts argileux dans la région.

Libéré de l’énorme poids des glaciers après leur fonte, le continent a progressivement remonté. Ce relèvement isostatique de l’écorce a soulevé le relief régional et a repoussé l’eau vers la mer de Laflamme. Dans la zone de Chicoutimi, les rivières de la région ont charrié du sable et du limon qui ont érodé les anciens dépôts et façonné les vallées actuelles du fjord.

Par suite du soulèvement de la masse terrestre, il ne reste que de l’eau de mer dans l’actuel fjord du Saguenay. Ce relèvement isostatique du continent a aussi conduit à la formation de terrasses par étages. Celles-ci sont composées d’argile et/ou de sédiments fluvioglaciaires.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Saint-Jean


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

En quelle année Jacques Cartier a-t-il exploré le fleuve Saint-Laurent ?

1742
1535
1620