Canadian Geographic
Left navigation image
Tracking rail

Le passé


Avant la construction du chemin de fer, voyager au Canada est difficile. La majeure partie de l’Amérique du Nord britannique est un territoire sauvage et inexploré. Les quelques routes qui existent étant boueuses, les voyages prennent beaucoup de temps. Même aux diligences les plus rapides, il faut 36 heures pour faire le trajet cahoteux de Montréal à Toronto.

La première ligne de chemin de fer au Canada est mise en service en 1836. Le Chemin à lisses de Champlain et du Saint-Laurent relie deux voies de navigation commerciale près de Montréal.

La construction ferroviaire explose après 1849 lorsque le gouvernement commence à garantir des obligations privées pour financer les lignes de chemin de fer de 120 kilomètres ou plus. Des centaines de nouvelles lignes sont créées; la plupart engloutissent des sommes d’argent considérables. La plus importante de ces lignes est celle du Grand Tronc, qui relie Montréal à Sarnia à partir de 1859. Elle cause presque la faillite du gouvernement canadien.

La ligne de chemin de fer la plus célèbre, celle du Canadien Pacifique, est construite aux termes de l’accord conclu en 1871 pour marquer l’adhésion de la Colombie-Britannique à la jeune confédération canadienne. Le premier ministre du Canada, sir John A. Macdonald, le premier de l’histoire du pays, persuade un groupe d’investisseurs privés de construire la ligne de chemin de fer transcontinentale à ses frais. Il veut éviter que le gouvernement ait à faire un autre renflouement, comme il avait dû le faire pour le Grand Tronc, mais il se retrouve impliqué dans un scandale sordide, le scandale du Pacifique, qui éclate lorsque de hauts personnages du gouvernement sont accusés d’avoir accepté des pots-de-vin de certains soumissionnaires. Le projet de construction d’un chemin de fer national financé par le secteur privé s’effondre donc en 1873, en même temps que le gouvernement de Macdonald.

Le deuxième premier ministre du Canada, Alexander Mackenzie, remet à l’ordre du jour, quoique lentement, la construction du chemin de fer promis. La Compagnie du chemin de fer Canadien Pacifique est constituée en 1881. En échange d’une subvention de 25 millions de dollars et de vastes étendues de terres dans l’Ouest, la nouvelle compagnie s’engage à construire un chemin de fer jusqu’en Colombie-Britannique et à le maintenir en service à tout jamais.

Une multitude de travailleurs canadiens, chinois et irlandais sont employés pour poser les voies ferrées à travers le muskeg apparemment sans fond du Bouclier laurentien et les cols enneigés des Rocheuses ainsi que le long des canyons escarpés de la rivière Thompson et du fleuve Fraser.

Lorsque sa construction est achevée en novembre 1885, le chemin de fer Canadien Pacifique, comme on l’appelle aujourd’hui, est la plus longue ligne de chemin de fer au monde. Quelques années plus tard, le Canadien Pacifique offre un service régulier de Londres à Hong Kong via Montréal et Vancouver qui réduit le nombre de mois que prend le voyage lorsqu’il est fait entièrement par bateau. En quelques décennies, le chemin de fer, cette colonne vertébrale d’un empire, a amené des centaines de milliers d’immigrants européens dans les territoires des Premières Nations de l’Ouest canadien.

Après 1900, la construction de chemins de fer connaît une autre période d’effervescence créée par de nouvelles entreprises qui veulent soit se raccorder au chemin de fer Canadien Pacifique soit faire concurrence à son monopole. Deux autres chemins de fer transcontinentaux sont construits : le chemin de fer Canadien du Nord (Canadian Northern) et le Grand Tronc Pacifique (Grand Trunk Pacific). Toutefois, dans les années précédant la Première Guerre mondiale et pendant celle-ci, l’économie canadienne subit un déclin abrupt. Afin de maintenir le service, le gouvernement fédéral sauve plusieurs de ces nouvelles lignes de chemin de fer (dont les compagnies viennent de tomber en faillite), et il les fusionne en 1923 pour former une compagnie lui appartenant, appelée « Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada ».

Dans les années 1920 et 1930, la demande des passagers pour les courts trajets ferroviaires commence toutefois à diminuer en raison de la popularité croissante des automobiles et des autobus. La demande pour les longs trajets fond dans les années 1940 et 1950 parallèlement à l’expansion des services aériens. Dans les années 1960, le Canadien Pacifique et le Canadien National cherchent tous les deux à abandonner leurs services voyageurs sur les itinéraires où ils sont déficitaires.

Le gouvernement fédéral crée VIA Rail en 1978 pour assurer le service voyageurs des deux compagnies de chemin de fer. La société d’État modernise le service voyageurs et l’étend pendant la majeure partie de la décennie suivante, mais elle est obligée de restreindre grandement ses activités en 1990 lorsque le gouvernement du premier ministre Brian Mulroney réduit considérablement son budget.

En 1995, le gouvernement réussit à privatiser le Canadien National, qui est aujourd’hui la plus importante compagnie de chemin de fer au Canada.

Synopsis

Ce document propose un aperçu de l’histoire des chemins de fer au Canada à l’aide d’une barre de défilement de photos accompagnées d’un commentaire.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Le présent


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Quel type de train de voyageurs est envisagé pour le corridor Montréal-Toronto?

Tortillard
Grande vitesse
Faible vitesse