Canadian Geographic
Left navigation image
The North from Space

Le régime climatique


Avec le regain d’activité dans l'Arctique, les scientifiques font appel aux satellites pour mieux comprendre le régime climatique et ses changements. Les satellites transmettent de manière accessible et constante des données exactes et à jour qui peuvent guider les décisions des populations du Nord, des commandants de navires sillonnant les eaux de l'Arctique, des équipes de sauvetage et des exploitants des plateformes de forage. Les satellites offrent également aux savants une image plus précise du changement climatique en mesurant la vitesse du déplacement de la glace terrestre des calottes et des glaciers qui couvrent environ 150 000 km2 de l’archipel arctique canadien.

D’ici 2018, le gouvernement canadien compte commander les premiers satellites consacrés exclusivement à l'Arctique. L’ASC prévoit lancer deux satellites qui assurent les télécommunications et les prévisions de la météo à 15 minutes d’intervalle dans les endroits isolés du Grand Nord. Ces satellites suivront une orbite elliptique autour des pôles, et produiront des images à haute résolution montrant le mouvement des nuages et des tempêtes, et permettant aux météorologues de suivre exactement le mauvais temps qui peut menacer les localités nordiques et les navires, et de tenir les intéressés informés.

Armés de données plus exactes sur les tempêtes et les conditions atmosphériques dans le Grand Nord, les météorologues pourront faire des meilleures prévisions de trois à cinq jours d’avance dans les régions du sud. Les satellites donneront également la météo de l’espace, en suivant les rayonnements et les vents solaires qui peuvent mettre en panne et même détruire les satellites de télédétection, de communication et de navigation.

Les mesures des glaciers canadiens faites par les satellites donnent une image plus précise du changement climatique. Depuis dix ans, les chercheurs de Ressources naturelles Canada (RNCan) étudient à vitesse de déplacement des glaces terrestres dans l'Arctique à l’aide des satellites RADARSAT-1 et RADARSAT-2 financés par l’ASC.

En suivant le mouvement d’un glacier, les scientifiques mesurent sa largeur et son épaisseur pour calculer le volume de la glace de vêlage, celle qui part dans la mer, sur une période donnée. Cette information est essentielle aux populations nordiques qui veulent s’adapter à l’élévation du niveau de la mer.

Pendant des années, les chercheurs de RNCan ont dû se rendre sur place pour mesurer les calottes glaciaires et calculer le vêlage, lors d’expéditions dangereuses. Avec le RADARSAT-2, ils peuvent maintenant suivre les surfaces et les masses par l’imagerie satellite, ce qui est plus efficace et plus sécuritaire.

Synopsis

Ce document comprend une vidéo sur les aurores boréales et une narration portant sur la diffusion en direct, par AuroraMax, des lueurs boréales et de leur apport à la compréhension de ce phénomène scientifique.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

La faune


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Ce passage relierait l'Atlantique et le Pacifique.

Le passage Atlantique-Pacifique
Le passage du Nord-Ouest
Le passage de l'Arctique