Canadian Geographic
Left navigation image
The North from Space

L’avenir et les prochaines collaborations


L’ASC collabore avec d’autres agences : 70 % de ses missions sont faites avec la NASA, et elle est la seule agence non européenne qui soit membre de l’Agence spatiale européenne (ASE). La collaboration avec l’ASE permet des missions spatiales comme celles du satellite Odin, lancé par la Suède et qui transporte l’instrument canadien OSIRIS, dont la principale tâche est de surveiller la couche d’ozone. Ces partenariats permettent le partage des données au niveau international et favorisent la recherche commune de solutions aux problèmes que connaîtront les régions nordiques à mesure que le climat changera.

L’ASC et l’ASE cherchent ensemble comment utiliser les données d’observation des satellites de télédétection pour contrôler, protéger et conserver les régions côtières. L’Initiative MORSE (baptisée ainsi parce que le morse est inféodé à la banquise) vise à rendre le littoral arctique plus accessible. Les données d’observation de la terre peuvent servir à cartographier des sections de littoral et à suivre leur changement dans le temps, à documenter les projets de développement industriel côtiers et à développer des plans d’intervention d’urgence pour les catastrophes d’origine naturelle ou humaine.

À l’heure actuelle, aucun satellite n’est spécialisé dans les prévisions météo et les télécommunications dans l'Arctique, mais l’ASC projette d’envoyer dans l’espace deux satellites pour effectuer ces missions.

Pendant que les banquises continuent de rapetisser et de s’amincir dans l'Arctique, on prévoit que le transport maritime et l’activité industrielle vont augmenter. Plusieurs organismes de l’État préparent ensemble des programmes de réaction en cas d’urgence, étant donné que beaucoup d’activités industrielles prévues dans le Nord sont à risque pour l’environnement. Les missions de recherche et de sauvetage en mer comptent également sur l’information des satellites pour la navigation et les communications.

C’est ici que la mission projetée de télécommunications et de météorologie polaire (PCW) entre en jeu. Il s’agit de lancer deux satellites fonctionnant de concert pour donner des prévisions météo à 15 minutes d’intervalle. Les satellites actuels ne peuvent fournir de données à haute résolution de l'Arctique, et font des mises à jour aux heures. La mission PCW avec lancement prévu des satellites en 2018, donnera pour le Grand Nord les mêmes prévisions météorologiques que celles présentement offertes ailleurs dans le monde.

Synopsis

Ce document explique l’imagerie satellite servant à identifier les types de formation de glace dans le passage du Nord-Ouest, y compris la glace annuelle, multi-annuelle, la glace mince et celle de rive.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Fin de section


Allez maintenant!  Pointer disabled
Quiz :

Combien de membres non europérens l'Agence spatiale européenne compte-t-elle ?

1
2
Les années 1900