Canadian Geographic
Left navigation image
International polar year

Aperçu de la vie marine


Le changement du climat influe sur les océans polaires et le ruissellement continental. Qu’adviendra-t-il des prédateurs du sommet de la chaîne alimentaire de l’Arctique dont la survie dépend de la glace de mer?

Les espèces marines de l’Arctique – ours blanc, requins, phoques et baleines – se sont depuis longtemps adaptées aux particularités environnementales de ce milieu, comme une température froide constante, une couverture de glace presque totale et de longues saisons de clarté et d’obscurité. Leur résilience sera mise à l’épreuve par le réchauffement de l’eau, la disparition de la glace de mer, l’invasion par de nouvelles espèces et l’arrivée de contaminants en provenance du sud.

Par exemple, l’épaulard fréquente assez rarement les eaux du Nord, mais il pourrait bientôt devenir l’un des plus importants prédateurs dans l’Arctique, en remplaçant l’ours blanc. Cela indique comment le devenir d’espèces de l’écosystème marin arctique pourrait être bouleversé par l’accroissement de la superficie des eaux libres.

Le béluga est un autre exemple. Cette baleine joue un rôle important dans la culture traditionnelle des Inuits. Les bélugas passent l’été dans les eaux douces des estuaires et hivernent dans les eaux couvertes de glace. Les changements climatiques pourraient avoir une incidence sur leurs corridors migratoires, sur leur alimentation et même sur le type d’animaux qui leur font concurrence pour la nourriture. Un projet de l’Année polaire internationale (API) réalisé en collaboration avec des collectivités riveraines de la baie d’Hudson fait appel aux connaissances ancestrales inuites et à l’observation par satellites pour mieux comprendre ces baleines et leurs déplacements.

Un autre projet de l’API porte sur le rôle du requin du Groenland au sein des écosystèmes de l’Arctique. Pouvant atteindre une longueur de sept mètres, ce requin est le plus gros poisson des mers de l’Arctique. Il se nourrit de presque tout : des spécimens de pratiquement tous les organismes marins, dont des phoques annelés, ont été retrouvés dans l’estomac de ce gros requin. On sait peu de choses de la façon dont les changements du climat ou de la glace de mer pourront influer sur ce requin.

Les chercheurs de l’API étudient aussi la mesure dans laquelle l’alimentation, les habitudes de reproduction et les déplacements d’oiseaux de mer, comme le guillemot de Brünnich et le fou de Bassan, ont changé depuis les années 1970 et 1980. En utilisant de nouvelles technologies, comme des dispositifs de surveillance télécommandés ou fixés sur les oiseaux, les chercheurs étudient le moment des activités et les déplacements des oiseaux de mer et comparent les données obtenues avec celles sur les conditions météorologiques, la glace de mer et d’autres conditions océanographiques.

Comme pourront vous le dire les chercheurs de l’API, les réseaux trophiques sont complexes et formés de nombreuses chaînes alimentaires interreliées. En connaissant mieux les incidences des changements climatiques sur les mammifères marins, les chercheurs espèrent ainsi mieux connaître les grands réseaux trophiques. De même, les activités de surveillance fondées sur les collectivités fourniront aux habitants du Nord l’information nécessaire à l’adaptation des pratiques culturelles à la variation de l’accès aux mammifères marins.

Synopsis

Ce document propose une vidéo qui décrit les conséquences des changements climatiques sur la formation de la glace de mer et l’habitat des mammifères marins. Il explique la très grande importance des cristaux de glace dans l’écosystème de ces espèces et les essais des scientifiques qui tentent de prédire de quelle façon leurs conditions de vie seront affectées dans l’avenir.





ADVERTISEMENT


La page suivante :

Santé humaine


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Pourquoi la plaine Old Crow, au Yukon, revêt-elle une si grande importance pour l'ensemble de la planète ?

Un aéroport stratégique
Un musée important
Une importante terre humide