Canadian Geographic
Left navigation image
Fur trade

De 1667 à 1685


PÉNÉTRATION FRANÇAISE, DE 1667 À 1670
Les coureurs des bois français pénètrent de plus en plus dans l’arrière-pays.

En partie pour échapper aux attaques des Susquehannocks, mais aussi pour trapper les animaux à fourrure, certains Iroquois s’établissent sur le rivage nord du lac Ontario. Ils commencent alors à faire du commerce avec les Outaouais et les Ojibwas de la baie Georgienne et à diriger une partie de leurs fourrures vers les Anglais d’Albany qui offrent de meilleurs prix étant donné que la Couronne française prélève une taxe élevée sur la fourrure de castor. En 1668, des commerçants anglais construisent un poste à la baie James, et le succès du poste mène à la fondation de la Compagnie de la Baie d’Hudson en 1670.

AUGMENTATION DE LA CONCURRENCE, DE 1670 À 1678
En 1670, les guerres des Dakotas rendent l’Ouest inaccessible pour le commerce des fourrures. Des commerçants autochtones se réinstallent à Sault-Sainte-Marie et à Michilimackinac où ils entrent en compétition avec les coureurs des bois français pour l’acquisition des fourrures des Assiniboines, des Cris et de groupes de l’arrière-pays appelés « Gens de terre » par les Français.

Dans l’Est, les fourrures récoltées par les Algonquins continuent de parvenir à Albany, et la concurrence des Anglais à la baie James devient une menace pour le commerce des fourrures du Nord. Le fort Frontenac est construit au lac Ontario en 1673 pour contrer l’influence des Anglais et offrir une base pour l’expansion du commerce français vers le sud-ouest.

CONTRÔLE FRANÇAIS DU COMMERCE DANS L’ARRIÈRE-PAYS, DE 1679 À 1685
En 1679, La Salle commence à explorer le territoire et à construire des forts entre le sud des Grands Lacs et l’embouchure du Mississippi. Même s’il n’est autorisé qu’à faire le commerce des peaux de bison, il élargit rapidement ses activités à toutes les fourrures. Pour rivaliser avec lui, les marchands de Montréal intensifient leur commerce illégal. En 1680, plusieurs centaines de coureurs des bois parcourent l’arrière-pays. Ils tissent des relations étroites avec les Autochtones des Grands Lacs, font la paix avec les Dakotas et, sous Perrot et Dulhut, étendent le commerce au-delà de Green Bay et du lac Supérieur. Incapable de contrôler ce commerce florissant, la Couronne française le légalise en 1681. Il s’ensuit une ruée de commerçants vers la région supérieure des Grands Lacs; les expéditions commerciales des Autochtones vers Montréal cessent, et la fourrure de castor devient surabondante.

Synopsis

Cette carte animée montre les routes empruntées par des explorateurs français au cours de divers périodes entre 1603 et 1751. Les boutons sous la carte servent à choisir entre quatre périodes ou à les voir toutes à la fois. L’utilisateur peut explorer des parties de la carte en cliquant pour faire un zoom avant ou arrière et en faisant glisser pour obtenir une vue panoramique.








ADVERTISEMENT


La page suivante :

Fin de section


Allez maintenant!  Pointer disabled
Quiz :

En quelle année des marchands anglais construisirent-ils un poste à la baie de James ?

En 1668
En 1692
En 1706