Canadian Geographic
Left navigation image
Evolving cities

Québec


Fondation : 1608
Superficie urbaine : 454 km2
Superficie rurale : 3 276 km2
Population (métropolitaine) en 2006 : 715 515
Rang par la population : 7e

Québec (1608) et Trois-Rivières (1634), d’abord postes de traite, puis Montréal (1642), mission religieuse, ne seront longtemps que de modestes avant-postes européens sur les rives du Saint-Laurent. Peu à peu, les autorités en place dressent des plans, organisent le lotissement et supervisent l’étalement urbain.

Québec, port et capitale du Canada, compte quelque 500 habitants en 1660 et près de 5 000 en 1744. La différenciation, courante en Europe, entre haute ville administrative et militaire et basse ville commerciale, s’impose très tôt. La basse ville, étranglée entre le fleuve et la falaise, est surpeuplée dès la fin du XVIIe siècle. La haute ville, avec ses horizons plus larges et ses rues qui convergent vers le château Saint-Louis, est séparée de la campagne par une succession d’enceintes dont la dernière sera érigée en 1745. À cette époque, la population urbaine s’accroît rapidement et un gros faubourg, Saint-Roch, se forme à l’extérieur de l’enceinte. En 1757, Montcalm estime que Québec peut soutenir la comparaison avec n’importe quelle ville française, à l’exception des 10 plus importantes.

Le siège de 1759 laisse la ville en ruines et rase le faubourg Saint-Roch. Rapidement reconstruit, Québec subit une autre amputation en 1775, lorsque le faubourg Saint-Jean est démoli pour empêcher les assiégeants américains de s’approcher des fortifications. Celui-ci renaît cependant très vite sur les décombres, et de nouveaux quais sont construits autour du port.

Après 1760, c’est son caractère de plus en plus militaire qui oriente le développement de Québec. En s’appropriant environ 40 p. 100 de l’espace intramuros, l’armée britannique réduit l’aire résidentielle et commerciale, concourt à l’entassement et accélère l’expansion des faubourgs. Les remparts sont réparés, renforcés et prolongés. Le collège des Jésuites, le Palais de l’Intendant et plusieurs autres édifices sont transformés en casernes et en entrepôts militaires. Une citadelle temporaire, bâtie en 1783, domine le Cap-aux-Diamands. À la fin du siècle, les effectifs de la garnison représentent environ le cinquième de la population civile.

Synopsis

Cette partie brosse un tableau du développement de la région de Québec, de 1685 à 1759. L’utilisateur peut faire défiler une chronologie précisant des aspects de ce développement et consulter un graphique illustrant les secteurs économiques et leur expansion ainsi que des illustrations de la région.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Montréal


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Quelle ville maritime devint le port d'attache de la marine canadienne en 1912 ?

Charlottetown
Saint John
Halifax