Canadian Geographic
Left navigation image
Evolving cities

Halifax


Fondation : 1749
Superficie urbaine : 262 km2
Superficie rurale : 5 528 km2
Population (métropolitaine) en 2006 : 372 679
Rang par la population : 13e

En 1783, Halifax est une capitale provinciale, un avant-poste militaire et une ville marchande de quelque 5 000 habitants. Une multitude de quais et d’entrepôts bordent le front de mer, mais le secteur manufacturier est peu développé. Dans le centre densément bâti de la ville se côtoient des gens de diverses origines sociales, économiques et ethniques. La ségrégation est plus marquée à la périphérie, où les ouvriers et les protestants allemands sont concentrés dans les banlieues nord tandis que les fonctionnaires et plusieurs marchands vivent dans le sud.

Au milieu du XIXe siècle, Halifax forme une agglomération dense enserrée par le port, la citadelle et le chantier naval. Les fermes et les domaines de la haute société de la ville s’étendent au-delà du parc (Commons), gardant les approches de la citadelle. Les pauvres vivent dans le quartier adjacent aux casernes situées sur les contreforts de la citadelle, où tavernes et bordels sont légion. En descendant la côte, on passe devant de nombreux édifices publics avant d’atteindre le cœur du quartier des affaires, rue Water, où, dans des édifices peu élevés en briques et en bois s’activent des marchands, des professionnels et des artisans. Cet important secteur privé ajoute aux avantages que tire Halifax de son statut de ville-garnison impériale.

Durant la période de grande transformation, entre 1891 et 1929, le port de Halifax subit de profonds changements alors que son commerce historique avec les Antilles commence à décliner et que ses activités s’intègrent davantage dans l’économie canadienne. Les armateurs des grandes flottes marchandes du XIXe siècle sont presque tous remplacés par des expéditeurs de marchandises importées et exportées, des agents des chemins de fer nationaux et des représentants des sociétés de transport maritime mondiales. D’autres changements surviennent à la même époque : le Canada central prend le contrôle d’industries locales, telles que les usines de coton et de cordage et les raffineries de sucre; les succursales des chaînes de détail canadiennes prolifèrent; les sièges sociaux d’institutions financières quittent Halifax pour le Canada central. Malgré cela, la ville conserve son importance militaire (la Marine canadienne nouvellement créée y établit sa base en 1912) et voit croître son activité durant la guerre. En temps de paix, toutefois, Montréal reste toujours loin devant, suivie par Vancouver à partir du milieu des années 1920.

La transformation de son économie modifie sensiblement l’aspect physique de Halifax. Les changements les plus notables, conséquences directes du développement portuaire, sont la construction, à partir de 1913, du chemin de fer Intercolonial à travers les banlieues ouest et le South End ainsi que l’érection d’un immense terminal maritime. Les jetées de la vieille ville coloniale, où accostaient les voiliers, sont modernisées pour accueillir le nombre croissant de bateaux à vapeur qui abordent à Halifax. L’industrie manufacturière gagne peu de terrain. Mis à part un petit secteur du North End, les fabricants évitent généralement Halifax, lui préférant les sites industriels mieux organisés de sa voisine, Dartmouth.

Synopsis

Cette partie donne un aperçu du développement résidentiel et industriel d’Halifax, de la fin des années 1700 jusqu’au début du 20e siècle. L’utilisateur peut écouter une narration ou visionner des images sur le sujet.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Québec


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

À quelle date les Montréalais avaient-ils l'habitude de déménager ?

1er mai
1er septembre
1r janvier