Canadian Geographic
Left navigation image
Early survival

les Plaines


Malgré l’importance locale ou saisonnière d’autres sources d’aliments, le bison est à la base de l’économie de subsistance des Autochtones de la plaine. L’abattage de bisons leur procure de la viande fraîche, des surplus qu’ils font sécher en prévision de l’hiver et pour le commerce, et des peaux pour se vêtir et s’abriter. Le chasseur solitaire traque l’animal solitaire; les groupes chassent les hardes vers des culs de sac ou des précipices depuis les bassins de rassemblement de la prairie herbeuse, poussant les bisons à travers des couloirs de pierres qui convergent rapidement vers le saut ou le cul de sac. Cachés derrière les cairns du couloir, les chasseurs se dressent au passage des bisons pour les effrayer et maintenir leur élan. Plusieurs sauts sont aménagés avec des enclos dans lesquels les bêtes culbutent et où on les abat. Les terrains les plus propices à ces poursuites sont utilisés à maintes reprises bien avant la venue des Européens et encore après. Les cartes montrent les sites connus de chasse au bison et de campement liés à cette activité.



Les Autochtones en viennent à considérer le bison comme le pourvoyeur, une sorte de lien entre le créateur et l’homme. Sous la tente consacrée à la danse du soleil, un crâne de bison, posé comme un autel au pied du poteau central, situe l’animal à la jonction de l’axe vertical du créateur et du plan horizontal de l’humanité. Pour communiquer plus aisément avec les esprits, dispensateurs de la pluie, du fourrage et des bisons, les Autochtones disposent souvent sur les collines les plus élevées des alignements radiaux de galets très répandus sur le territoire de chasse au bison de la plaine nordique. En creusant le sol sous l’un de ces alignements, en Alberta, on a mis au jour plusieurs petits fragments d’ammonite fossile dits pierres à bison ou iniskims, ressemblant à des bisons. Un crâne de bison posé sur un gros rocher surplombant un vallon invoque la présence des hardes. On trouve aussi des ribstones, longues pierres d’environ un mètre ornées de sculptures ressemblant à des bisons. La taille, la forme et sans doute la fonction de ces alignements radiaux, ribstones et autres vestiges associés à la cosmologie des Autochtones de la plaine nordique varient beaucoup, mais les recherches tendent de plus en plus à les lier au bison.

Pour explorer en détail la région des plaines centrales, cliquer sur le lien suivant :

Synopsis

Ce tableau illustre la façon dont les espèces de bisons sont devenues plus petites au fil du temps en examinant la largeur de leurs cornes. L’utilisateur peut explorer des parties du tableau en cliquant pour faire un zoom avant ou arrière et en faisant glisser le curseur pour obtenir une vue panoramique.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

la côte ouest


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Qu'est-ce qui déterminait habituellement les stratégies en approvisionnement de denrées des Autochtones avant leurs contacts avec les Européens ?

De récents conflits
Les saisons
La maladie