Canadian Geographic
Left navigation image
Canada and Overseas Development

Financement des partenaires de l’ACDI


Certains partenaires de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), tels que le Centre de recherches pour le développement (CRDI), reçoivent un financement direct du gouvernement fédéral, mais d’autres, nombreux, dépendent des contrats conclus avec l’ACDI ou des fonds privés pour mettre en œuvre leurs initiatives. Les exemples suivants illustrent la façon dont différents organismes collaborent avec l’ACDI pour aider les pays en développement.

Le CRDI, qui a reçu 173 millions de dollars du gouvernement fédéral au cours de l’exercice 2009-2010, a été fondé pour donner aux pays en développement les moyens d’améliorer leur situation et non pour le faire à leur place. Il finance la recherche appliquée en fournissant des services d’experts-conseils à des chercheurs et en contribuant à la mise en valeur du potentiel de recherche et d’innovation. Il soutient la recherche menée dans quatre grands domaines : l’agriculture et l’environnement; les technologies de l’information et des communications; l’innovation, la politique et les sciences; les politique sociales et économiques. En plus de s’associer à l’ACDI pour nombre de projets, le CRDI a récemment élargi son réseau de partenaires voués au développement international et au partage des connaissances. Dans bien des cas, le CRDI travaille en collaboration avec d’autres organismes, tels que le Fonds international de développement agricole et l’Australian Agency for International Development (agence australienne de développement international).

L’ACDI s’allie à des ONG qui ne reçoivent pas de financement fédéral direct en leur fournissant un financement de base ou en leur confiant la réalisation de certains programmes ou projets approuvés. Parmi ce genre d’ONG figure Resource Efficient Agricultural Production Canada (REAP-Canada). Selon son site Web, c’est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui travaille depuis 1986 avec des agriculteurs, des scientifiques et des entreprises du secteur privé à la mise en place de systèmes agricoles durables et à la recherche de méthodes écologiques pour produire des aliments, des fibres et du carburant au Canada et dans le monde.

REAP-Canada est devenu l’un des principaux organismes mondiaux qui s’associent à des collectivités pour édifier des systèmes agro-écologiques et bioénergétiques propres à assurer le développement rural.

Toujours selon son site, REAP-Canada a pour mission de bâtir des partenariats avec des collectivités, des individus et des organisations ainsi que de fournir des services de recherche, de développement et de formation qui favorisent la création d’une production agricole durable. Depuis 1997, l’organisme reçoit un appui financier par l’intermédiaire de la Direction générale du partenariat canadien et des directions générales bilatérales de l’ACDI pour exécuter ses programmes de développement des collectivités agricoles dans des villages ruraux des Philippines, de la Gambie et du Sénégal. Le soutien à long terme de l’ACDI a joué un rôle essentiel dans la création d’un village agro-écologique modèle qui met au premier plan la lutte contre pauvreté et la préservation de l’environnement.

L’ACDI s’associe à des entreprises du secteur privé qui sont capables à la fois d’offrir ou de réunir des services d’experts-conseils dans des secteurs de développement prioritaires et d’administrer les projets conformément aux directives de l’Agence. Un des partenaires attitrés de l’Agence est Cowater International, d’Ottawa, qui est spécialisé dans la gestion des ressources en eau, la gestion de l’environnement et l’hygiène et l’assainissement. Cowater a mené à bien plus de 100 projets dans une trentaine de pays en Afrique, en Asie, en Amérique latine et dans les Antilles en plus de remplir quelques missions en Europe de l’Est et au Moyen-Orient.

Dans certains cas, la façon la plus efficace de distribuer des fonds de développement consiste à passer par des organismes internationaux dont le rayon d’action est étendu et la capacité administrative, importante. L’ACDI peut ainsi collaborer avec des pays des quatre coins de la planète et relever des défis d’une ampleur telle qu’aucun pays ne pourrait à lui seul fournir les ressources nécessaires. Un exemple évident d’organisme de cette envergure est le Fonds pour l’environnement mondial, que la Banque mondiale a créé en 1991 à titre de projet pilote et qui compte maintenant 182 États membres pour traiter les dossiers environnementaux. En finançant des organismes internationaux de ce genre, l’ACDI peut souvent régler des problèmes sur une plus grande échelle.

Synopsis

Ce document renseigne l’utilisateur sur l’organisme Resource Efficient Agricultural Production Canada et son approche en matière de développement, le village agro-écologique. Le document s’appuie sur un graphique comparatif des différentes méthodes d’approche des systèmes de cultures.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Projets multilatéraux


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

En 2010, quel était l'un des programmes prioritaires de l'ACDI ?

Une réforme financière
La promotion de l'environnemnt
La sécurité alimentaire