Canadian Geographic
Left navigation image
Canada and Overseas Development

L’ACDI au XXIe siècle


Plus de quarante ans après sa création, l’Agence canadienne de développement international (ACDI), ainsi que d’autres organismes gouvernementaux et non gouvernementaux du Canada, continue à jouer un rôle prépondérant dans le développement international. L’ACDI distribue environ les trois quarts de l’aide publique au développement (APD) financée officiellement par le gouvernement fédéral canadien. Au cours de l’exercice 2009-2010, elle a versé 3,58 milliards de dollars, comparativement avec 541 millions octroyés par l’intermédiaire du ministère des Finances, 426 millions par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international et 174 millions par l’intermédiaire du Centre de recherches pour le développement international.

À titre de principal organisme d’aide du Canada, l’ACDI a vu ses priorités et ses objectifs évoluer au fil des ans. À ses débuts, l’Agence finançait surtout des projets capitalistiques axés sur des produits comme des locomotives de fabrication canadienne. Elle faisait aussi don de surplus de produits agricoles canadiens, et des navires chargés de blé ont fait route dans toutes les directions. Ces dernières années, l’ACDI s’est toutefois éloignée de la notion d’aide conditionnelle, c’est-à-dire d’aide qui profite à des entreprises canadiennes. L’aide conditionnelle expose le pays donateur à la critique, car elle dénature le principe selon lequel l’assistance la plus appropriée est apportée au plus bas coût possible.

Selon une autre critique formulée dans les premières années, le Canada accordait de l’aide à tant de pays étrangers qu’il était difficile pour un donateur moyen comme lui d’exercer une influence notable dans un pays bénéficiaire en particulier.

Au cours des dernières années, l’ACDI a décidé de réduire son champ d’activités et de concentrer son aide sur un plus petit nombre de pays. Actuellement, elle cible des pays en développement de l’hémisphère occidental, à savoir la Bolivie, la Colombie, Haïti, le Honduras, le Pérou et 14 pays des Antilles. Cinq pays asiatiques figurent sur sa liste : l’Afghanistan, le Bangladesh, l’Indonésie, le Pakistan et le Vietnam. Plusieurs contrées africaines ont cessé de recevoir de l’aide, mais sept pays de la région subsaharienne comptent parmi les bénéficiaires : l’Éthiopie, le Ghana, le Mali, le Mozambique, le Sénégal, le Soudan et la Tanzanie. Un pays d’Europe de l’Est, l’Ukraine, a été sélectionné, et, au Moyen-Orient, l’ACDI aide la Cisjordanie et la bande de Gaza.

Synopsis

Ce document présente une série de graphiques qui compare la contribution du Canada à l’aide publique au développement à celle d’autres pays. L’utilisateur peut, d’un clic, connaître l’APD canadienne nette et celle du monde, en regard des objectifs fixés par les Nations Unies, ainsi que le dossier de toutes les contributions des autres pays et la moyenne des dons, de 1970 à 2009.



ADVERTISEMENT


La page suivante :

Partenaires de l’ACDI dans le développement


Allez maintenant!  Allez maintenant!
Quiz :

Quel le est le pourcentage des ressourses bilatérales du Canada consacrées à 20 pays identifiés ?

20 pour cent
80 pour cent
50 pour cent